municipales 2014

Municipales Lyon: Déclaration de 6 composantes du Front de Gauche 69 pour une liste de Front de Gauche élargie a Lyon au 1er tour.

Elections Municipales Lyon-Métropole

Déclaration commune : GA / CetA / FASE / Alternatifs / GU / PG (*)

Les prochaines élections municipales de mars 2014, qui seront suivies des élections européennes, constituent un enjeu capital pour nos concitoyens.

Elles seront marquées par un approfondissement de la crise économique. Les directives européennes, fidèles au TCE (Traité Constitutionnel Européen), poussent les gouvernements à privatiser les services publics, à poursuivre l’austérité salariale et à flexibiliser toujours plus l’emploi. Le gouvernement Ayrault, bon élève de l’Europe libérale, s’apprête à engager une nouvelle réforme des retraites et à accentuer la politique d’austérité, tant au niveau national qu’au niveau local en imposant des réductions budgétaires drastiques aux collectivités locales. Ce même gouvernement anticipe aussi les mesures européennes de recomposition des structures territoriales en mettant en place sans débat démocratique les euro-métropoles. Ce sont ces orientations qui amènent la majorité des Français, dont une grande partie du peuple de gauche, à être mécontents du gouvernement.

En réaction à cette politique d’inspiration libérale, des confrontations sociales cruciales vont avoir lieu dans les prochains mois.

Elles s’inscrivent aussi dans un contexte de crise politique grave, avec le développement des refrains les plus réactionnaires sur la famille, l’immigration, la fiscalité ou la sécurité, portés de manière presque similaire par une partie droitisante de l’UMP et par le Front national. Aussi, le Front National et la Droite ont fait des élections municipales un enjeu national.

Un enjeu majeur de ces élections municipales est donc de donner un débouché progressiste à la colère populaire, en démontrant qu’il y a une autre voie à gauche que celle de l’austérité. Privatisation des services publics, recul démocratique, démantèlement et compétition des territoires, crise du logement, centres-villes réservés aux plus fortunés et relégations des autres en périphérie, ou projets de prestige inutiles ne sont pas des fatalités mais découlent de choix politiques modifiables.

Les élections municipales seront également déterminées par des enjeux locaux et des configurations politiques particulières suivant les communes. Elles doivent être un moyen pour le FDG de s’enraciner afin de faire des Communes des « boucliers sociaux » anti-austérité et de mettre en application des ruptures avec la politique libérale comme ont déjà fait des mairies communistes et certaines municipalités de gauche.

L’ENJEU MAJEUR DES MUNICIPALES DANS LYON-METROPOLE :

L’actuel Maire de Lyon et Président du Grand Lyon, en accord avec le baron Mercier, a ainsi décidé de reconfigurer les territoires sur le département tout en violant tout processus démocratique : métropole d’intérêt européen attribuée au Président du Grand Lyon tandis que les territoires ruraux reviendraient à M. Mercier, qui lui aussi fusionne les communes dans son secteur de Thizy sans l’avis des habitantEs des communes concernées.

Dans la droite ligne de la politique libérale menée par le gouvernement, le président du Grand Lyon a poursuivi l’externalisation des services publics au profit de partenariats avec le privé. Il a décidé de concéder à nouveau la gestion de l’eau aux grands groupes privés, du transport à Kéolis, et de plus de la moitié des déchets à deux sociétés privées, Suez et Pizzorno, sans jamais tenir compte des refus exprimés par les citoyens et les agents concernés.

Dans le même temps, le Président du Grand Lyon promeut ou soutient de grands projets inutiles et coûteux (Grand Stade, transformation de l’Hôtel Dieu en hôtel grand luxe) et accepte de reprendre la gestion dispendieuse du Musée des Confluences (son coût initial a été multiplié par 4) sur les deniers de la Communauté Urbaine, pour faciliter son accord sur la Métropole avec Mercier.

C’est pourquoi il est impératif que nous soyons le moteur d’une alternative politique de gauche aux politiques d’austérité et au social libéralisme.
Pour les Municipales, nous proposons de mettre en chantier pour Lyon et l’agglomération un projet alternatif tant aux politiques libérales, y compris pudiquement recouvertes du qualificatif « de gauche », menées nationalement et déclinées localement, qu’au projet de métropole décidé de façon anti-démocratique. Ce projet sera fondé sur la démocratie, seule à même de réparer les fractures sociales, écologiques, démocratiques et éthiques.

  • Ce projet sera celui d’une agglomération centrée sur la solidarité territoriale et non sur la compétition entre territoires, dotée d’un urbanisme au service des habitants qui ne s’aligne pas sur le modèle des city anglo-saxonnes et qui ne spécialise pas les quartiers.
  • Ce projet sera basé sur un développement économique local fondé sur la démocratie sociale. Ce qui signifie le refus de l’externalisation des services et des partenariats public-privé (avec le retour en régie publique des services de l’eau, du nettoyage) et aussi le renforcement et la démocratisation des Services Publics locaux (avec l’appui des agents publics et des usagers).

Ce qui signifie aussi :

  • développer un service public de santé avec des dispensaires en lien avec syndicat de la médecine et fédération des mutualités
  • démocratiser l’accès aux nouvelles technologies pour supprimer les barrières sociales ou de génération et en faire des outils au service de l’amélioration du contact et du quotidien, et non des techniques économiquement asservissantes.
  • Ce projet mettra en place des éléments pour aller vers une transition écologique tant en matière de transports collectifs et d’énergie qu’en matière de restauration, en favorisant les circuits courts producteurs-consommateurs (gestion des cantines, marché bio, aide à des superettes bio etc…) afin de faire baisser les prix de la distribution bio.

Il promouvra l’écologie urbaine et non les grands projets dispendieux. Nous proposerons notamment la baisse des tarifs transports avec le retour des TCL en régie publique et un débat sur le libre accès aux transports.

  • Ce projet défendra un autre mode de développement local en favorisant l’Economie Sociale et Solidaire, en soutenant la création et la reprise d’entreprise sous forme de coopératives, la création de sociétés coopératives d’intérêt collectif et les initiatives d’habitat autogéré.
  • Ce projet proposera une politique d’expression culturelle et de création artistique qui intègre les dimensions sociales et locales, dans une perspective d’émancipation de toutes et tous et d’épanouissement de chacunE.
  • Ce projet élargira la démocratie à travers la participation citoyenne, en donnant plus de pouvoir aux conseils de quartier, en déconcentrant le budget avec un pouvoir accru aux mairies d’arrondissement.

Il œuvrera à la tranquillité des citoyens par des politiques de solidarité avec les plus fragiles et par des politiques de médiation sociale de proximité redonnant toute leur place aux travailleurs sociaux, aux médiateurs et aux animateurs sociaux.

Nous sommes convaincuEs que pour redonner l’espoir à gauche, pour faire barrage à la droite et à l’extrême-droite et combattre l’abstention, il est nécessaire de mettre en pratique des mesures écologiques, citoyennes, sociales et solidaires. La politique municipale est l’occasion de créer des espaces de rupture avec la ségrégation spatiale et sociale, de soutenir des initiatives alternatives. Elle est aussi l’occasion de retisser du lien social en luttant aussi au niveau local contre la précarisation des emplois, des revenus et au final des modes de vie.

C’est pour toutes ces raisons que nous proposons d’abord à nos partenaires du Front de Gauche de discuter et d’élaborer ensemble un programme municipal commun dès la rentrée avec toutes et tous les militantEs du FDG.

Il s’agira ensuite de le mettre en débat avec tous celles et ceux (militants associatifs, syndicaux, associations ou partis, écologistes, humanistes…) qui se reconnaissent dans une telle démarche. Son aboutissement pourrait prendre la forme d’ « Assises pour le changement de la Ville de Lyon et de sa Métropole ».

Nous travaillons donc, dès à présent, à réunir les conditions pour présenter au premier tour des municipales des listes d’un Front de Gauche élargi à Lyon, dans les grandes villes, et pour mettre en place ailleurs, des listes de rassemblement d’une gauche sociale, écologiste et citoyenne en rupture avec les politiques gouvernementales d’austérité pour garder toutes les municipalités à gauche et en gagner d’autres contre la droite (sous toutes ses formes) et contre l’extrême-droite. C’est ainsi que nous pourrons avoir des éluEs aptes à mettre en œuvre un programme municipal répondant aux attentes populaires.

Ayons l’audace de montrer que la gauche sociale et écologiste sait gérer autrement des municipalités.

Lyon le 09/09/2013

(*) Gauche Anticapitaliste / Convergence et Alternative / Fédération pour une Alternative Sociale et Ecologiste / Les Alternatifs / Gauche Unitaire / Le Parti de Gauche – Composantes du Front de Gauche 69

20130918-195402.jpg

À propos de Armand Creus

Né le 01/08/1948, à Perpignan, marié, 2 enfants, Attaché territorial à la Communauté Urbaine de Lyon, Syndicaliste, Conseiller Régional Rhône-Alpes. Dirigeant étudiant de mai 68 à Perpignan, je rejoins la Ligue Communiste à Montpellier. Lyonnais depuis 1973, j’en deviendrai un dirigeant local et national. Je participe activementau combat contre le franquisme agonisant, aux luttes antimilitaristes (1975),aux mobilisations contre l’extrême-droite. Rôle actif contre l’alliance Millon / FN à la Région Rhône-Alpes (1998) dans le cadre de la « Coordination lyonnaise de vigilance » dont je suis l’un des fondateurs. Importante expérience syndicale au Grand Lyon où je travaille et exerce des responsabilités syndicales et d’élu du personnel depuis 22 ans. Responsabilités syndicales nationales parmi les ingénieurs, cadres et Techniciens. Membre du courant unitaire de la LCR , après avoir mené la bataille unitaire jusqu’au bout à la direction fédérale du Rhône de la LCR et au sein du NPA Croix-Rousse, je participe à la création de la GAUCHE UNITAIRE , candidat FRONT DE GAUCHE sur la liste du Sud-Est en 8° position lors des élections Européennes de 2009. Elu Conseiller régional Rhône-Alpes lors sur la liste Front de Gauche / Gauche Unitaire lors des élections de 2010.

Discussion

Rétroliens/Pings

  1. Pingback: Newsletter Septembre 2013 (2) | GRAM - 04/10/2013

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :